Institut des sciences et techniques de l'Antiquité (ISTA)

Responsable de la collection : Antonio Gonzales

L'ISTA s'est doté d'une collection pluri-thématique (esclavage et dépendance, religions, techniques, sociétés et cultures, philologie, littératures, archéologie...) qui répond aux orientations de la recherche. Cette collection accueille et diffuse les travaux de chercheurs français et étrangers, au même titre que la revue DHA. Depuis 2015, la collection accueille les Cahiers du Théâtre Antique (CTA ), revue annuelle qui succède au Cahiers du GITA (Groupe interdisciplinaire du théâtre antique ). La collection possède un comité éditorial composé du directeur du laboratoire ainsi que des responsables des axes de recherche et du responsable éditorial. Les ouvrages proposés pour la publication sont examinés par le comité et envoyés à un minimum de deux experts pour avis scientifique.

  1. Les manuels scolaires de langues anciennes

    Les manuels scolaires de langues anciennes

    Stéphane RATTI (éd.) – 1997

    Ce volume constitue les Actes du Colloque International sur « Les manuels scolaires de langues anciennes » (21 et 22 septembre 1996) organisé à Besançon par l'Association Régionale des Enseignants de Langues Anciennes de l'Académie de Besançon (ARELAB) et l'Institut Gaffiot (Faculté des Lettres, Université de Franche-Comté), membre de l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité (CNRS).

    18.00 €
  2. Le regard des autres

    Le regard des autres

    Dominique BRIQUEL – 1997

    Les Romains racontaient que leur ville avait été fondée par Romulus, qui descendait du Troyen Enée, venu établir une nouvelle Troie en Italie. Leurs ennemis – Etrusques, Italiques, Carthaginois, Grecs – avaient leur manière, différente, de rendre compte de la naissance de Rome. Celle-ci, on s'en doute, n'était pas positive, et traduisait leur espoir de triompher, un jour, de la cité qui étendait peu à peu son empire sur l'ensemble du monde méditerranéen. La victoire finale de Rome a fait presque totalement disparaître cette vision des vaincus : l'ouvrage s'attache aux quelques traces qui en ont subsisté, dans la littérature ou les arts figurés.

    27.00 €
  3. Les archipels égéens dans l'Antiquité grecque

    Les archipels égéens dans l'Antiquité grecque

    Patrice Brun – 1996

    Le monde insulaire égéen est aujourd'hui perçu par notre civilisation comme une invitation au voyage. Pourtant, il y a peu, les îles offraient le visage répulsif de l'émigration, de la désertification et de l'enfer carcéral des dictatures Métaxas entre 1936 et 1940 et Papadopoulos de 1967 à 1974. Mais cette vision antinomique exista dans l'Antiquité car, si dans les temps archaïques, l'île est un monde sacré, sous l'Empire romain, bien des îles, isolées et appauvries, servent de terre de relégation.

    30.00 €
  4. Sur les traces des Argonautes

    Sur les traces des Argonautes

    Arlette FRAYSSE – Évelyne GENY – Téa KHARTCHILAVA (éd. et trad.) – 1996

    Actes du 6e symposium de Vani (Colchide) 22-29 Septembre 1990

    35.00 €
  5. Les empereurs romains d'Auguste à Dioclétien dans le Brévaire d'Eutrope

    Les empereurs romains d'Auguste à Dioclétien dans le Brévaire d'Eutrope

    Stéphane RATTI – 1996

    Le Bréviaire d'Eutrope, résumé en 10 livres de l'histoire romaine de Romulus à Jovien (364 ap. J.-C.), a été publié en 370 après J.-C., sous l'empereur Valens qui en avait commandé la rédaction. Les livres 7 à 9 contiennent les biographies des 53 empereurs qui se sont succédé d'Auguste à Dioclétien. La lecture de ces notices, en latin et en traduction, accompagnées d'un commentaire détaillé et d'une introduction substantielle, invite à voir en Eutrope plus que l'auteur scolaire d'un simple résumé. Le Bréviaire contient un certain nombre d'idées personnelles de l'abréviateur sur la définition de l'optimus princeps. Eutrope, haut fonctionnaire de l'Empire, écrit une histoire de coloration prosénatoriale dont les concepts politiques les plus importants sont fournis par le sens souvent original qu'il donne à l'idéologie du priuatus, à la ciuilitas et à la felicitas. Les modèles à cet égard sont Auguste et Trajan, ou encore les empereurs du troisième siècle choisis consensu senatus militumque. Le Bréviaire propose donc une image cohérente et en partie originale du Prince idéal.

    24.00 €
  6. Les sources de l'histoire des Bagaudes

    Les sources de l'histoire des Bagaudes

    Juan Carlos SANCHEZ LEON – 1996

    « Au temps des empereurs Dioclétien et Maximien… dans la région des Gaules, les Bagaudes sévissaient avec cruauté … » Passion de saint Typasius « Appelons les Bachaudes ou Bagaudes… si tu préfères le terme Bachaudes, tu peux le faire dériver de “avoir le délire bachique”… appelle-les donc Bagaudes si tu penses qu'ils “vagabondaient partout avec hardiesse”…appelons-les Bacaudes parce qu'ils faisaient des actes de guerre audacieux… » Sigebert de Gembloux, Sur la passion des saints Thébains « Je parle maintenant des Bagaudes, qui, dépouillés, opprimés…après avoir perdu le droit à la liberté romaine, ont perdu aussi l'honneur du nom romain. Nous appelons rebelles, nous appelons scélérats des hommes que nous avons réduits à être des criminels. En effet, comment sont-ils devenus Bagaudes, si ce n'est pas par nos injustices… ? » Salvien de Marseille, Sur le gouvernement de Dieu.

    27.00 €
  7. Discours religieux dans l'Antiquité

    Discours religieux dans l'Antiquité

    Marie-Madelaine MACTOUX – Évelyne GENY (éd.) – 1996

    Cette table ronde, Discours dans l'Antiquité, aborde une grande diversité de discours marqués par la dynamique du sacré, et produits dans le cadre spatio-temporel de l'Antiquité gréco-romaine. Discours mythologique, discours orphique, discours manichéen, discours chrétien ou discours iconique, autant de modalités discursives qui sont aussi des processus sociaux intégrés dans des mutations qu'il dévoilent, confirment ou légitiment. Les interrogations majeures ont porté successivement sur les destinataires et la réception du discours, l'interdiscours religieux, les connexions avec le champ politique. Ce sont des opérateurs qui ont été analysés en fonction de leur capacité à doter ces discours d'un pouvoir symbolique en relation avec la diversité des structures sociales.

    32.00 €
  8. Le réseau centurié Béziers B

    Le réseau centurié Béziers B

    Monique CLAVEL-LÉVÊQUE – 1995

    50.00 €
  9. Mélanges Pierre Lévêque. Index

    Mélanges Pierre Lévêque. Index

    François LÉVÈQUE – 1995

    10.00 €
  10. Structures rurales et sociétés antiques

    Structures rurales et sociétés antiques

    Panagiotis N. DOUKELLIS – Lina G. MENDONI (éd.) – 1995

    C'était un lieu commun de dire, il y a encore dix ans, que l'histoire de la campagne antique se trouvait à l'écart des interrogations des historiens et des archéologues ; l'archéologie des centres urbains, l'histoire de la « polis » attiraient presque exclusivement leur intérêt. Depuis les choses ont changé. La prolifération des projets scientifiques étudiant les territoires et les installations rurales a largement modifié l'horizon. Dés équipes pluridisciplinaires explorent les campagnes et, en comparant avec l'évolution des sites urbains, (exposent les résultats de leurs investigations sur la mobilité géographique et démographique des Anciens; sur la mise en valeur des ressources agricoles et naturelles, sur types d'habitat rural, les aménagements et les systèmes de culture. Les « surveys » de diverses régions ont déjà permis des synthèses sur l'histoire du paysage rural de Grèce, d'Italie, des Gaules et des Espagnes, qui ont vu la lumière ces dernières années. Parler des structures rurales, .donc de «  l'ensemble de liens durables et profonds entre l'homme et le sol, que traduisent les paysages ruraux » dans le monde antique méditerranéen, c'est parler du monde antique tout court. Depuis la très haute Antiquité et jusqu'à quelques décennies seulement, les sociétés qui se sont développées autour du Bassin méditerranéen et du Pont-Euxin, -étaient fondamentalement rurales. Leurs rythmes journaliers et saisonniers, leurs économies, leurs cultures en général étaient déterminés, en grande partie, par les rapports qu'elles entretenaient avec la terre. S'interroger sur les structures rurales antiques équivaut donc à pénétrer dans le fin fond des structures d'organisation des sociétés antiques.

    50.00 €