Annales littéraires

Responsable de la collection : France Marchal-Ninosque (Catherine Chedeau, suppléante)

En 1946, deux collections sont adossées à l’Université de Besançon (qui deviendra Université de Franche-Comté en 1975) : les « Annales littéraires de Franche-Comté » et les « Annales scientifiques de Franche-Comté », réunies en 1954 et figurant alors au catalogue de la Société d’édition Les Belles Lettres. L’historien Edmond Préclin, directeur de l’Institut d’études comtoises et jurassiennes, et l’astronome René Baillaud, directeur de l’Observatoire, sont les refondateurs de ces « Annales littéraires de Besançon ». Pluridisciplinaire et universitaire depuis ses débuts, cette collection a dès 1954 fait coexister des séries disciplinaires (faisant parfois naître des revues, en linguistique, philosophie, études théâtrales) et des fascicules spécialisés (Cahiers d’études comtoises, Cahiers de géographie…). Devenue en 1997 la collection patrimoniale des PUFC, les « Annales littéraires » comptent actuellement 15 séries et 4 revues actives constituant un riche catalogue de plusieurs centaines d’ouvrages publiés depuis plus de six décennies. Ces séries sont alimentées par les laboratoires de l’UFR des Sciences de l’Homme et de la Société, accueillant les travaux des chercheurs français et étrangers. Chaque publication proposée aux Annales littéraires et retenue par un des responsables de série est soumise à une double expertise extérieure, soumise ensuite à l’accord d’un Conseil éditorial propre à la collection pour les ouvrages, et, pour les revues, à celui de leur comité de rédaction spécifique.

  1. Traduire

    Traduire

    Amr Helmy IBRAHIM – Hassane FILALI (txt réunis par) – 2000

    Ce recueil engage une réflexion linguistique sur la traduction conçue comme révélateur du fonctionnement des langues en se centrant sur deux phénomènes apparentés : la répétition, qu'elle soit intégrale ou partielle, mais dans son sens le plus large c'est-à-dire en incluant à l'occasion le figement et le stéréotype, et la reprise, envisagée elle aussi sous un angle dont le champ comprend aussi bien la pronominalisation que des aspects, parfois marginaux, de l'anaphore. Les langues mises à contribution présentent un éventail très large dont on mesurera plus pleinement la diversité par la référence constante au français : l'arabe, le coréen, le dagara, l'espagnol, le grec, le polonais.

    15.00 €
  2. Débuts et fins de siècles

    Débuts et fins de siècles

    Daniel MINARY (txt réunis par) – 2000

    Aussi relative soit-elle par sa fondation chronologique spécifiquement chrétienne, la notion de changement de siècle et a fortiori de millénaire exerce - et a exercé jadis, en particulier à travers les concepts millénaristes - une influence notoire sur les mentalités et les comportements. Par ailleurs la chronologie de l'évolution historico-culturelle, notamment en Europe depuis la période moderne, a revêtu sous divers aspects la forme d'un découpage en siècles (siècle des Lumières, siècle de la révolution industrielle, siècle de la révolution technologique etc...). Les limites de siècles, plus précisément, ont pu également apparaitre comme des charnières historiques (par exemple au regard des révolutions). Ces perspectives ont inspiré à notre équipe de recherche Littérature et histoire des pays de langues européennes l'idée de se donner, dans son optique pluridisciplinaire, les limites de siècles comme champ d'étude, non pas privilégié en vertu d'une singularité a priori, mais simplement factuel, - comme observatoire des rythmes d'évolution historico-culturelle dans l'Europe moderne et contemporaine, pour en sonder précisément la portée en matière de changements par une approche des mutations, voire des ruptures novatrices, comme des contrepoids conservateurs ou encore régressifs. Ces jalons posés dans l'histoire européenne au niveau de ses strates séculaires l'ont été, pour les ruptures, dans deux autres séries de travaux issus colloques internationaux. Les contributions de ce volume, résultant d'un séminaire complémentaire, sont consacrées, elles, à des phénomènes sensibles de mutations ancrés dans les limites de siècles du XVIe au XXe et dans les espaces germanique, anglais, espagnol et italien.

    22.50 €
  3. L'Epique : fins et confins

    L'Epique : fins et confins

    Pierre FRANTZ (dir.) – 2000

    Si l'épique semble avoir déserté, depuis des siècles, un monde décidément désenchanté, la nostalgie romantique n'est peut-être pas le moyen le plus sûr de nous en approcher. L'étude sans préjugés d'épopées très diverse, de l'Iliade à la Henriade et du Moyen Age au romantisme fait apparaître l'étonnante vitalité d'un genre qui rencontre encore un public, alors que le rapport au monde, qu'il semblait présupposer, n'est plus qu'un lointain souvenir, et qui se montrait déjà « littéraire » et critique lorsqu'on l'imaginait naïf ou primitif. La confrontation de modèles canoniques, de textes limites ou critiques est ici révélatrice de la pérennité littéraire de l'épopée.

    16.00 €
  4. Mythe et réalité de l'espace Rhin-Rhône

    Mythe et réalité de l'espace Rhin-Rhône

    Raymond WOESSNER – 2000

    L'axe Rhin-Rhône aura été le seul espace européen à être concerné à la fois par un projet de canal à grand gabarit et par un projet de train à grande vitesse. Tous deux seraient susceptibles de relier le Rhin supérieur, nouveau cœur de la Dorsale européenne, aux suds de la France.Pourtant le projet du canal a été abandonné par deux fois en vingt ans et les discussions autour du TGV semblent interminables. Incomplètement équipé, l'axe Rhin-Rhône existe-t-il autrement que dans le mythe ? Le Sud-Alsace, la Franche-Comté et les villes de la Dorsale bourguignonne peuvent-ils imaginer un destin commun autour d'une telle opportunité de développement ? L'analyse des systèmes industriels permet d'apporter des éléments de réponse à ces questions. Les problématiques régionales obéissent à celles des espaces de marge : prééminence des fonctions d'exécution, faiblesse des activités métropolitaines, innombrables cloisonnements internes, superposition ou variété des systèmes productifs. La thèse se propose de confronter les travaux menés sur les districts industriels aux réalités observables sur Rhin-Rhône. Elle cherche à préciser les concepts de la géographie pour l'analyse des régions, des industries, de la logistique. Elle développe des pistes de réflexion pour un aménagement du territoire fondé sur la notion de réseau.

    18.00 €
  5. Littérature et Médecine

    Littérature et Médecine

    Marie MIGUET-OLLAGNIER – Philippe BARON (txt réunis par) – 2000

    Le personnage du médecin, le rapport du patient avec un corps souffrant suscitent un intérêt privilégié dans le domaine littéraire. Certains auteurs étudiés dans le cadre d'un séminaire de DEA ont eux-mêmes pratiqué la médecine ou ont été témoins d'un père qui la pratiquait. D'autres ont observé sur eux les progrès d'une maladie. Le regard de l'écrivain a pu être marqué par la sympathie ou par une distance entraînant une peinture caricaturale. Des fictions romanesques ou dramatiques, des essais, des écrits autobiographiques gardent la trace d'un tel intérêt. Les études portent sur la littérature française, espagnole, anglaise, allemande. Les auteurs des communications sont en général spécialistes de littérature. Des médecins ont aussi apporté leur collaboration.

    24.00 €
  6. Les enclaves territoriales aux Temps Modernes (XVIe-XVIIIe siècles)

    Les enclaves territoriales aux Temps Modernes (XVIe-XVIIIe siècles)

    Paul DELSALLE – André FERRER (éd.) – 2000

    Ville libre impériale jusqu'au XVIIe siècle, enclave au coeur de la Franche-Comté des Habsbourg, Besançon a tout naturellement accueilli ce colloque international sur le thème des « enclaves territoriales aux Temps Modernes ». Cette rencontre a permis d'analyser le phénomène des enclaves, dans l'ensemble de l'Europe, aux XVIe ,XVIIe et XVIIIe siècles sous ses aspects les plus divers. La collaboration d'universitaires spécialistes des nombreuses provinces et des pays voisins de la France, concernés par ce problème des enclaves, permettre de porter un regard novateur sur la persistance de cet héritage médiéval confronté aux réalités de l'État, de la société et de l'économie modernes.

    27.00 €
  7. Bible de Paul Claudel

    Bible de Paul Claudel

    Maryze BAZAUD – Jacques HOURIEZ (préf.) – 2000

    Le relevé exhaustif des citations explicites de la Bible, établi par Maryze Bazaud et proposé par le Centre Jacques Petit représente une bonne part de la nourriture spirituelle et de l'inspiration créatrice de Paul Claudel. Cet ensemble n'a rien d'une étude. Il se présente comme un instrument de travail, indispensable, non seulement aux recherches sur les rapports de Claudel avec la Bible et sur sa pensée religieuse, mais aussi pour toute étude sérieuse de son oeuvre, tant la citation biblique est intégrée à son texte, appartient à son discours, tant la pensée claudélienne forme un tout indissociable dont ne saurait être exclu aucun aspect. Un tel relevé de citations peut apporter bien plus encore, cependant qu'un simple instrument de travail. Il permettra de mieux étudier une expérience unique et exemplaire de dialogue entre l'un de nos plus grands auteurs et le texte sacré. Il ne faut pas, en effet, se représenter le rapport de Claudel avec la Bible comme pure fantaisie, livrée au hasard de l'inspiration du moment. Il est consubstantiel à son expérience religieuse et à toute sa pensée. Il fait partie de sa vie.

    59.50 €
  8. Aragon, Elsa Triolet et les cultures étrangères

    Aragon, Elsa Triolet et les cultures étrangères

    Andrew MACANULTY (dir.) – 2000

    Les oeuvres d'Aragon et d'Elsa Triolet sont intimement liées à plusieurs cultures étrangères. Les romans de la jeune femme russe devenue l'écrivain français Elsa Triolet puisent aux sources des grands classiques russes, Gorki ou Maïakoski et, au moment de la seconde guerre mondiale, sont influencés par des émissions de la B.B.C. Aragon, obsédé par l'Espagne et son romancero à partir de 1936 fut un traducteur qui théorisa le rapport traduction/écriture. La réception de son oeuvre dans l'Angleterre de la seconde guerre mondiale ou dans le Japon de l'Après-guerre connut des péripéties dues à l'hostilité de surréalistes exilés ou à son engagement politique. Dans les années quarante, l'humanisme de l'écrivain se fortifia d'un internationalisme prenant en compte le rôle des résistants de la M.O.I. L'ensemble des textes d'Aragon accorde une place essentielle à la langue et à la littérature russes, notamment à Pouchkine, et ses derniers romans révèlent l'importance décisive de l'inter-texte shakespearien.

    22.50 €
  9. Bagatelles pour l'éternité

    Bagatelles pour l'éternité

    Philippe BARON – Anne MANTERO (txt réunis par) – 2000

    Bagatelles pour l'éternité (littéraire). On se souvient du jugement de Pline sur Martial : « il a écrit ses bagatelles en vue de la postérité ». Jeux, mais jeux sérieux de moraliste, suggérait de son côté Martial. Le paradoxe de l'épigramme achemine vers quelques questions. Comment le texte bref peut-il faire œuvre ? A ce qui n'a pas d'étendue, quelle place donner dans le champ de la littérature ? Et quel poids quand la ténuité de la forme se double de la frivolité ou de la contingence radicale du sujet ? Le choix de la brièveté relève souvent d'une démarche ambiguë : modestie affichée, mais biais pour échapper aux contraintes des grands genres et contestation des valeurs, stylistiques et mentales, qu'ils véhiculent. Les dix-sept études ici rassemblées permettent d'envisager, à partir d'exemples typiques, depuis l'antiquité jusqu'à nos jours, des fables d'Ésope aux nouvelles de Borges, des lais de Marie de France à un roman éclaté de R. Pinget, de Gaspard de la Nuit d'Aloysius Bertrand aux Phrases pour éventail de Claudel, certaines des stratégies et des significations de la brièveté. Là, comme dans les prologues de théâtre, les pièces en un acte, et aussi, pour une part, la fable, le miracle (Gautier de Coincy), ou le conte, dominent la considération pratique de la réception, le souci de s'accorder à l'impatience ou la fantaisie du public. Mais le bref ne se conçoit guère sans une esthétique. Malgré la diversité des postulations et des projets, on repère des méthodes similaires : l'ellipse, présente dans le récit lacunaire du poème en prose, et, déjà, dans les silences d'histoires folkloriques du XVIsiècle ; la discontinuité, qu'imposent l'impressionnisme de la notation dans le Journal des Goncourt, et plus encore les souvenirs inorganisés de l'autobiographie contemporaine ; l'art du démembrement, qu'il s'agisse du discours, pour l'ostentation spectaculaire d'un aphorisme, ou de la structure syntaxique, pour la sourde résonance des mots du poème. Quelques approches complètent ces analyses en dégageant tel modèle épistémologique sous-jacent à l'écriture des moralistes classiques, ou en étudiant des textes réflexifs, arts poétiques, théorie romantique du fragment.

    27.00 €
  10. Paul Claudel. Partage de Midi.

    Paul Claudel. Partage de Midi.

    Anne UBERSFELD – 1999


    Partage de Midi a une caractéristique surprenante : c'est une pièce autobiographique, affirmée comme telle, écrite par Claudel, de son propre aveu, pour se délivrer d'un drame particulièrement angoissant et qui le laissait démuni. Mais l'auteur dramatique ne dispose pas d'un je qui lui permettrait de se dire : il n'est pas sujet de l'énonciation (au moins pour le dialogue), il n'y a pas de personnage particulier auquel il puisse déléguer sa propre parole. L'autobiographique dans ce texte pose donc une question que nous n'avons pas fini de trouver devant nous. Il est assez extraordinaire de voir un auteur dramatique mettre en scène sa propre histoire ; ici le projet autobiographique est consubstantiel à l'écriture : le drame n'est pas écrit à l'aide de matériaux autobiographiques, il est écrit pour être autobiographie, pour donner sens au biographique aléatoire. Jamais on n'a vu de cas plus flagrant d'intertextualité biographique : Claudel écrit et réécrit Partage de Midi, avec le sentiment d'écrire et de réécrire sa propre vie, comme si le texte biographique et le texte dramatique étaient l'envers et l'endroit du même texte.

    10.00 €