Annales littéraires

Responsable de la collection : France Marchal-Ninosque (Catherine Chedeau, suppléante)

En 1946, deux collections sont adossées à l’Université de Besançon (qui deviendra Université de Franche-Comté en 1975) : les « Annales littéraires de Franche-Comté » et les « Annales scientifiques de Franche-Comté », réunies en 1954 et figurant alors au catalogue de la Société d’édition Les Belles Lettres. L’historien Edmond Préclin, directeur de l’Institut d’études comtoises et jurassiennes, et l’astronome René Baillaud, directeur de l’Observatoire, sont les refondateurs de ces « Annales littéraires de Besançon ». Pluridisciplinaire et universitaire depuis ses débuts, cette collection a dès 1954 fait coexister des séries disciplinaires (faisant parfois naître des revues, en linguistique, philosophie, études théâtrales) et des fascicules spécialisés (Cahiers d’études comtoises, Cahiers de géographie…). Devenue en 1997 la collection patrimoniale des PUFC, les « Annales littéraires » comptent actuellement 15 séries et 4 revues actives constituant un riche catalogue de plusieurs centaines d’ouvrages publiés depuis plus de six décennies. Ces séries sont alimentées par les laboratoires de l’UFR des Sciences de l’Homme et de la Société, accueillant les travaux des chercheurs français et étrangers. Chaque publication proposée aux Annales littéraires et retenue par un des responsables de série est soumise à une double expertise extérieure, soumise ensuite à l’accord d’un Conseil éditorial propre à la collection pour les ouvrages, et, pour les revues, à celui de leur comité de rédaction spécifique.

  1. Travail social et dimension interculturelle. L'accueil de Yacine

    Travail social et dimension interculturelle. L'accueil de Yacine

    Jean-Pierre MINARY (txt réunis par) – 1998

    Un jeune homme, d'« origine algérienne », venant d'une ville éloignée de plus de 200 kms, se présente à un service social d'accueil et d'orientation ; il cherche un lieu d'hébergement pour 1 ou 2 nuits de façon à se rendre le lendemain, « pour voir s'il y a un stage », à l'AFPA. A partir de l'analyse de l'enregistrement vidéo de cette interaction, et en bénéficiant de la collaboration du professionnel impliqué, une équipe de chercheurs du GEPSIC (Groupe d'Etudes de Psychologie Sociale et Interculturelle de la communication) cherche à comprendre la « dimension cachée » de cette rencontre interculturelle et ses retentissements identitaires, relationnels, professionnels et sociaux. Ce travail éclaire par ailleurs les risques qu'un regard « savant » impliqué (celui du praticien) ou apparemment plus distancié (celui du chercheur), fait peser sur la culture et l'identité de l'Autre.

    12.20 €
  2. Ville et Immigration

    Ville et Immigration

    Yvette MARIN (dir.) – 1998

    Cet ouvrage porte diverses interrogations sur un problème actuel, celui du clivage entre Ville et État-Nation, sur la moindre emprise de ce dernier et la réalité de la construction européenne. Le thème fur d'ailleurs traité au niveau de l'Europe, avec de questions relatives à l'espace public, mais également à l'espace privé et aux relations d'altérité. On y trouve une étude comparée de différentes villes d'Europe, sous différents angles, aussi bien psychologique qu'architectural, en faisant quelques détours par la Grèce Antique les États-Unis et l'Algérie, afin d'apprécier comment les problèmes d'immigration s'y est posé à différentes époques.

    27.00 €
  3. Ecrire au XIXe siècle

    Ecrire au XIXe siècle

    Luce CZYBA – 1998

    Le désir d'étudier la littérature dans ses rapports avec la société a inspiré, pour une large part, les articles rassemblés dans ce volume. La représentation de la société, le regard porté sur les femmes, le rapport de l'écrivain à l'Histoire ont donc d'abord été envisagés ; puis les enjeux du voyage de l'artiste et la question centrale de la mise en œuvre de son imaginaire ; enfin les livres d'enfants (contes, roman, manuel scolaire) et les formes populaires du roman rose et du feuilleton. Qu'il s'agisse de Flaubert, de Balzac, de Zola, de Taine, de Vallès, de Musset, de G. Sand, de V. Hugo ou des livres pour enfants, du roman rose et du feuilleton, la réflexion se fonde sur la lecture de textes précis, sur l'examen de leur organisation interne, de leurs réseaux de signes, de leurs métaphores et de leurs images, son propos étant de tenter de mettre en évidence le fonctionnement, la fonction et le sens de l'écriture dans chacun d'entre eux.

    22.00 €
  4. Politiques de l'intérêt

    Politiques de l'intérêt

    Christian LAZZERI – Dominique REYNIÉ (éd.) – 1998

    Le présent ouvrage veut contribuer à l'étude des significations que les notions d'« intérêt » et d'«utilité» ont pu revêtir dans le temps, comme les usages auxquels elles ont donné lieu. Nous savons en effet que le concept d'intérêt en est venu à constituer l'une des principales formes de légitimation des actes de gouvernement, l'une des procédures majeures de détermination du consentement et le principal paradigme explicatif des conduites humaines. Mais il faut se demander comment et sous quelles formes ce paradigme est apparu, à quoi il s'est opposé et quelles capacités explicatives mais aussi prescriptives des comportements humains lui ont été reconnues. Enfin, il importe d'analyser les contextes sociopolitiques avec lesquels la catégorie d'« intérêt » est entrée en consonance pour revêtir, dans les domaines religieux, éthique, politique, économique et juridique, le statut de paradigme dominant.


    28.97 €
  5. Le visible et l'invisible

    Le visible et l'invisible

    Claude-Pierre PEREZ – 1998

    Comme toutes les œuvres de même envergure, celle de Claudel nous frappe et nous retient d'abord par ce qu'elle offre de singulier . Pourtant, à mesure que les années passent, il devient de plus en plus clair que ce poète n'a rien, quoi qu'on ait pu dire, d'un aérolithe tombé d'un ciel gréco-biblique dans le poulailler littéraire post-symboliste. Son œuvre s'inscrit dans une histoire intellectuelle qui est une histoire de longue durée : celle de ce qu'on a appelé -d'un mot plein d'ambiguïtés- romantisme.

    Ceci se vérifie -nonobstant les accès de colère anti-romantiques de l'intéressé- lorsqu'il monte à l'assaut contre les positivistes, avec les catholiques et les vitalistes du tournant du siècle, en brandissant des armes curieusement analogues à celles que la Naturphilosophie avait jadis déployées contre les mécanistes ; lorsqu'on examine l'usage qu'il fait de l'universelle analogie, chargée conformément à une tradition vénérable, mais non pas seulement catholique, de nous passer d'un monde à l'autre, du visible à l'invisible ; ou encore lorsqu'on interroge une poétique qui ne s'en prend aux romantiques que pour mieux sauver les principaux articles de leur credo, sous réserve de les récrire pour les mettre en conformité avec les commandements d'un catholicisme original et rigoureux.
    Pourtant, si ce livre s'emploie à conduire une archéologie des propositions claudéliennes, ce n'est pas pour le morne plaisir de rabattre le singulier sur le collectif, ni pour sacrifier à la manie des sources ou des origines : mais plutôt par désir d'y voir clair, de saisir les lignes de force dans la diversité et la profusion des propos - ce qui se peut d'autant mieux, m'a-t-il semblé, qu'on se transporte en amont de l'œuvre, et qu'on resitue les propositions de Claudel dans une histoire suffisamment longue, où la singularité se mesure surtout en termes de variation. Et c'est peut-être encore, dans une fin de siècle obsédée de nouveauté, manière de prêter l'oreille à l'avertissement de Delacroix : ce ne sont pas les idées neuves qui font les hommes de génie, mais « cette idée qui les possède que ce qui a été dit ne l'a pas encore été assez ».

     

    16.50 €
  6. Bibliographie cournotienne

    Bibliographie cournotienne

    Thierry MARTIN (éd.) – Jean-Philippe MASSONE (collab.) – 1998

    L'œuvre de Cournot est polymorphe, se déployant dans des domaines aussi différents que la philosophie, les mathématiques, l'économie, l'histoire ou la pédagogie. Il n'est donc pas étonnant que les travaux bibliographiques la concernant, centrés généralement sur l'un seulement de ses aspects, demeurent parcellaires. Les rares tentatives de bibliographie générale s'avèrent caduques, la plus récente datant de 1939.

    20.00 €
  7. L'Intertextualité

    L'Intertextualité

    Marie MIGUET-OLLAGNIER – Nathalie LIMAT-LETELLIER (dir.) – 1998

    Le présent volume s'ouvre sur le bilan d'une trentaine d'années de recherches consacrées à l'intertextualité, ce vaste champ théorique où se croisent plusieurs disciplines et courants d'idées. Viennent ensuite dix-sept études sur des textes et leur contexte d'écriture. En effet, les particularités d'un corpus, l'approfondissement d'une poétique permettent de combiner des notions déjà établies et parfois de les compléter, notamment les classifications très utilisées de Genette. En outre, les variations de genre et de style, l'abondance ou la raréfaction des emprunts à d'autres textes peuvent être analysées à travers l'imaginaire, l'esthétique, l'idéologie d'un auteur ou d'un groupe littéraire.
    Certains exemples font valoir les jeux fictionnels ou les contraintes structurelles ; d'autres éclairent surtout l'arrière-plan biographique ou culturel, l'incidence de l'inconscient, l'ancrage socio-historique, l'horizon d'attente du public. Car il s'agit essentiellement ici d'explorer les fonctions, les effets, les enjeux de l'intertextualité. Par conséquent, les formes implicites ou diffuses n'ont pas été écartées lorsqu'elles se présentent comme une ressource possible dans des circonstances ou à des fins précises. Activité herméneutique par excellence, la lecture intertextuelle ne manque pas de relancer le 'plaisir du texte", mais loin de nous disperser entre les allusions, références et citations, elle nous rend finalement plus attentifs à des corrélations, à des tendances générales qui offrent une synthèse révélatrice de chaque époque : l'ésotérisme médiéval, les codes de l'imitation antique et classique, la défense et illustration du Burlesque, l'esprit des Lumières, les mythologies du Romantisme et de la Décadence, les expériences de la modernité...

    44.00 €
  8. Citoyenneté et communauté

    Citoyenneté et communauté

    Yvette MARIN (dir.) – 1998

    Cet ouvrage est le résultat de plusieurs journées-débats organisées en 1995-96 par le CREHU autour des thèmes conjoints de citoyenneté et de communauté.
    Faut-il considérer tout citoyen comme membre d'une communauté ou comme membre de la communauté ? La différence, imperceptible dans le discours, est pourtant de taille, puisqu'elle sous-tend le déchirement des quartiers et donc de l'homogénéité des villes. Chaque quartier en difficulté pose problème au reste du territoire, car le quartier est avant tout un bout de territoire. Lorsque le travail disparaît, le risque de rupture du lien social est élevé. Comment le prévenir, ou le guérir ?

    18.29 €
  9. L'action collective

    L'action collective

    Robert DAMIEN – André TOSEL (éd.) – 1998

    Qu'est-ce qu'une action collective s'il est vrai que toute action engage un rapport d'un acteur à une pluralité d'autres acteurs ? Que sont les acteurs collectifs ? Quelles pratiques permettent leurs manifestations ? Comment comprendre les réseaux et les procès des interactions ? Quelles figures coopératives, conflictuelles, hiérarchiques prennent-ils ? Quel contenu peut-on donner à l'idée d'agir collectif ? Quelles logiques impliquent les paradoxes de la rationalité que l'on sait limitée ?

    44.00 €
  10. Lexicologie anglaise et comparée

    Lexicologie anglaise et comparée

    Jean TOURNIER (txt réunis par) – 1998

    Jean TOURNIER, pionnier de la lexicologie anglaise, a tenu, à son départ à la retraite, à réunir des travaux des meilleurs des jeunes chercheurs de son équipe, en leur laissant carte blanche : pour plusieurs d'entre eux, il s'agit d'une première publication. Ils ont tous profité de la liberté qui est de règle dans le groupe pour traiter des sujets les plus divers : le lexique anglais du cinéma, de la science-fiction, la métasémie des noms composés de l'anglais, l'évolution sémantique de la langue de François Villon à l'anglais contemporain, la métaphore du comportement humain en français et en anglais, le lexique comparé de la folie. A ces travaux de « jeunes espoirs » s'ajoutent les conseils pratiques d'un membre du jury de l'agrégation d'anglais sur l'analyse lexicologique dans l'épreuve de linguistique du concours, et un article de Jean Tournier qui présente ce que la lexicologie peut apporter à la lexicographie, et montre que les principaux défauts des dictionnaires viennent de l'absence d'une solide analyse lexicologique préalable.

    19.00 €