Sociologie

  1. Les jeux de hasard et d’argent

    Les jeux de hasard et d’argent

    Audrey VALIN – 2016

    À partir des pratiques de jeux de hasard, l’ouvrage propose une analyse de la dynamique de l’alea dans notre société occidentale contemporaine, afin de mieux comprendre nos agissements et la façon dont nous organisons le monde qui nous entoure.
    20.00 €
  2. Faire et défaire des affaires en famille

    Faire et défaire des affaires en famille

    Dominique JACQUES JOUVENOT – Yvan DROZ (dir.) – 2015

    Résultats de différentes recherches portant sur les ruptures familiales dans les très petites entreprises (commerce, agriculture, artisanat) qui donnent à comprendre la complexité qu’il y a à faire et défaire des affaires en famille
    14.50 €
  3. Le sport à la campagne

    Le sport à la campagne

    Clément PRÉVITALI – Gilles VIEILLE MARCHISET (préf.) – 2014

    A partir d’une analyse socio-anthropologique des connectivités, l’ouvrage propose une immersion en profondeur dans la réalité des clubs sportifs ruraux. Le fait sportif local apparaît ici comme un bon révélateur de la vie sociale « à la campagne ».
    27.00 €
  4. La re-création du passé : enjeux identitaires et mémoriels

    La re-création du passé : enjeux identitaires et mémoriels

    Audrey TUAILLON DEMÉSY – 2013

    L’histoire vivante médiévale est une pratique sociale et culturelle, qui regroupe à la fois la reconstitution et les Arts martiaux historiques européens (AMHE). Cette étude vise à comprendre les mécanismes en jeu lors de la re-création d'un temps passé.
    29.00 €
  5. Loisirs, sports et sociétés.  Regards croisés

    Loisirs, sports et sociétés.
    Regards croisés

    2008

    Cet ouvrage collectif vise à fournir des éléments de cadrage et privilégie une optique à la fois historique, sociologique, organisationnelle et réflexive. Il présente différentes études de cas francophones sur les loisirs et les sports de nature ou en milieu urbain
    15.00 €
  6. L'impasse du sport rural. La Seine-et-Oise de 1881 à 1939

    L'impasse du sport rural. La Seine-et-Oise de 1881 à 1939

    2006

    L'étude du rôle des ruraux dans le processus d'implantation et de réappropriation des sports en Seine-et-Oise (1880-1939) décrypte les formes de dominations venues de la ville. Un mouvement initialement fécond tombe sous les influences allogènes. Dominés, les ruraux initient cependant un autre usage sportif.
    27.00 €
  7. Des femmes à la tête du sport

    Des femmes à la tête du sport

    2004

    La proportion de femmes dans les bureaux directeurs des associations sportives est infime. A partir de plusieurs enquêtes sociologiques auprès de dirigeantes locales, cet ouvrage explore les logiques d'exclusion, subtiles et intériorisées, qui limitent l'accès des femmes à la tête du mouvement sportif…
    20.00 €
  8. Sports de rue et pouvoirs sportifs

    Sports de rue et pouvoirs sportifs

    2003

    A l'aube des années quatre-vingts, l'avènement des pratiques sportives auto-organisées en milieu urbain a profondément bouleversé le paysage sportif.L'espace des pouvoirs sportifs locaux est alors mis en question par ces nouvelles significations sportives. Cet ouvrage propose une analyse des conflits(les structures et les agents concernés, les modalités, les enjeux) inhérents au développement des sports de rue. Les revendications de ces sportifs organisés amènent un nouveau partage du pouvoir sportif local et surtout de nouveaux modes de domination. Ce processus est l'expression d'un net changement dans l'espace sportif local.
    17.00 €
  9. Les utopies de la ville

    Les utopies de la ville

    2001

    La ville est ici saisie par des théoriciens en sciences sociales, en arts plastiques, en littérature ainsi que par des praticiens de la ville, paysagistes, architectes ou urbanistes.
    44.21 €
  10. Tensions et conflits autour des chemins de fer britanniques au XXe siècle

    Tensions et conflits autour des chemins de fer britanniques au XXe siècle

    2000

    L'histoire des chemins de fer britanniques au 20e siècle est caractérisé par le déclin d'un mode de transport qui fur l'un des symboles de l'Empire victorien. L'âge d'or du train est révolu malgré l'effort de quelques passionnés du rail qui tentent de faire revivre un page de ce passé glorieux. Ni le regroupement des nombreuses compagnies en 1923, ni la nationalisation de 1948 n'ont réussi à redorer le blason du transport ferroviaire au moment où la concurrence routière s'accélère. Sous l'impulsion de la politique des conservateurs, les plans de restructurations se succèdent. Dès son arrivée au pouvoir, Margaret Thatcher parachève le programme de suppressions des lignes et de fermetures de gares qui avait débuté dans les années soixante sous l'autorité de Ruchard Beeching. A partir de 1994, dans le cadre de la privatisation, on assiste à l'éclatement de British Railways. Les deux principales victimes du processus de désintégration sont les cheminots et les usagers du rail. Les premiers, dont les effectifs sont en baisse constante, sot dirigés selon de nouvelles techniques de management. Le changement de la culture d'entreprise met leur identité à rude épreuve. Désorientés, manipulés, ils compensent leur frustration en adoptant des comportements qui sont en contradiction avec leur personnalité. Les seconds font contre mauvaise fortune bon cœur en voyageant dans des conditions précaires. Les syndicats des cheminots, dont l'émergence fut longue à se dessiner, connaissent leur apogée en début de siècle. A la veille de la privatisation, après les nombreux coups bas de leurs « amis » travaillistes et surtout les lois antisyndicales des conservateurs, leurs luttes restent vaines. Quant aux usagers, timidement défendus par un comité de défense au service du gouvernement, leurs actions au parlement sont tout aussi infructueuses. L'État, pressé par le lobby routier, s'est progressivement désengagé vis-à-vis des chemins de fer. En réduisant leurs subsides, les gouvernements conservateurs ont freiné la modernisation du réseau. La privatisation de British Railways en 1994 est dictée par le dogmatisme des tories plutôt que par des impératifs économiques. L'image négative du rail, soigneusement entretenue par les dirigeants du pays est en contradiction avec les atouts écologiques offerts par le train. La Commission de Bruxelles souhaite la relance de l'industrie ferroviaire ; cependant la Grande-Bretagne, dirigée par des « euro-sceptiques » risque fort de pas y participer.
    27.00 €