Traité de numismatique celtique. I

Traité de numismatique celtique. I

Jean-Baptiste COLBERT de BEAULIEU

1973 – ISBN : 978-2-251-60135-9 – 454 pages – format : 16*24 cm

Collection : Institut des sciences et techniques de l'Antiquité (ISTA)

Disponibilité : Épuisé

30,00 €
Sommaire

Avant-propos

 

I. – La méthode traditionnelle

 

A. – Le postulat de la disparite indéfinie des espèces gauloises

 

B. – Les essais de classement

 

1. – Le classement dans l'espace : attribution

 

(a) L'épigraphie.

1. – Lectures correctes attributives.

A) – Noms ethniques.

B) – Noms de ville

C) – Noms de chef.

2. – Déchiffrements corrects, interprétations fallacieuses

3. – Lectures fautives, interprétations fantaisistes

(b) Le type et le style. Règles de l'analogie

1. – Le type

2. – Le style

(c) La répartition géographique

 

2. – Le classement dans le temps : la chronologie

(a) L’épigraphie

(b) La richesse relative des émissions

 

II. – La numismatique structurale

 

A. – La characteroscopie

 

1. – L'étude des monnaies par leur coin d'origine

(a) L'identification du type par ses empreintes monetaires et ses images

1. – Les monnaies.

2. – Les moulages.

3. – Les photographies

4. – Les frottis

5. – L'estampage suivi d'un frottis

6. – Les dessins

(b) Le matériel d'examen

1. – La lampe orientable

2. – Le compas

A) – A pointes sèches

B) – A pointe graphitée ou encrée

3. – Le fil tendu horizontal

4. – La réglette millimétrique

5. – La loupe et le microscope

6. – Les agrandissements photographiques

7. – Le repérage par perforation de frottis

8. – Examen au miroir du rapport des faces monétaires

9. – Le repérage ponctuel simultané de deux frappes monétaires

10. – Mesure du module

11. – Mesure de l'épaisseur

12. – Le comparateur

(c) La technique de l'analyse characteroscopique

1. – L'identification des coins par le type proprement dit.

A) – Détermination des coins de provenance par l'observation armée.

B) – Le classement dichotomique

2. – L'identification des coins par les empreintes accidentelles

3.– L'identification des coins par les atypies

A) – observables à la loupe.

B) – observables directement

 

2. – La production d'un atelier

(a) La technique du travail dans l'atelier

1. – Le couplage des coins

2. – La retouche des coins

(b) La recherche des groupements charasteroscopiques

1. – Les séquences de coins liés, à l'intérieur des classes

2. – Les monnaies de liaison entre les classes

3. – Le rapport d'usage des coins

 

3. – La série monétaire

(a) La composition des séries monetaires

1. – La pièce de monnaie

2. – La variété

3. – Le groupe charactéroscopique.

4. – La classe.

5. – La série

(b) La chronologie relatives des classes

 

B. – Le classement géographique

 

1. – La cartographie

(a) Séries et groupements characteroscopiques

1. – La carte de répartition des monnaies d'or des Paris II

2. – La carte de répartition des monnaies épigraphes de Vercingétorix

3. – La carte de répartition des monnaies d'argent allié des Redores.

4. – La carte de répartition des monnaies d'argent allié des Coriosolitae

(b) Séries non établies par la characteroscopie

(c) applications méthodologiques

1. – Absence de coïncidence de la distribution géographique des diverses parties d'un ensemble présumé

2. – Cas d'une diffusion apparemment inextricable

3. – Cas de répartition à distance en directions variées

4. – Cas des lacunes apparentes dans la distribution

 

2. – Les homotypies de contiguïté

(a) Principe et historique.

(b) Erreurs résultant de la méconnaissance des homotypies

(c) Causes des homotypies de contiguïté

(d) Fécondité des homotypies de contiguïté

 

C. - L'analyse des collections monétaires ie eaciis numismatique

1. Le faciès typologique

(a) Le facies qualitatif.

(b) Le facies quantitatif

 

2. Le faciès charactéroscopique

 

3. Faciès général et faciès particulier

 

4. La nature statistique du faciès

 

5. Les applications du faciès

(a) Moyen de datation relative des enfouissements.

(b) Moyen de preuve du synchronisme des dépôts

(c) Moyen de déterminer l'identité interne des éléments d'un monnayage

(d) Moyen de déterminer la provenance d'un lot et son authenticité.

(e) Applications aux faits historiques

1. – Premier exemple: Établissement d'une draine de trésors.

2. – Deuxième exemple: L'authenticité du site d'Alesia, établi par le faciès

 

D. – Les grands ensembles monétaires ou monnayages

 

1. – Le pouvoir émetteur.

(a) la plus haute époque

(b) du milieu du iiie siècle a 121 : les ateliers centraux des organisations dites «empire» arverne et «empire » belge

1. – L'hégémonie arverne.

2. – L'hégémonie belge

3. – Les peuples gaulois périphériques

(c) L'extension du monnayage des cités : après 121

1. – Les émissions régionales des cités principales

2. – Les émissions locales des cités

3. – Les émissions des ligues

(d) Pendant la guerre des gaules. Émissions éphémères par des autorités diverses.

(e) Après la conquête romaine

 

2. Les rapports entre les monnayages et leur chronologie générale

(a) Les étapes chronologiques.

1. – La plus haute époque: imitations serviles des .statères de Philippe ll

2. – La période des hégémonies.

A) – Le statère de Philippe, modèle monétaire des Arverni.

B) – Les statères de Tarente, modèles monétaires des Belgae

C) – Les monnayages de bronze des reguli celtes de Méditerranée.

3. De la chute de l’« empire arverne » à la fin de l'indépendance en Pro- Vincia, puis en Comata

A) – L'avènement de la cité à l'exercice du droit monétaire généralités sur la conjoncture.

B) – La situation en Provincia

C) – La situation en Gallia Comata

1. – Le stade liminaire

2. – Les émissions inaugurales

3. – L'évolution de la production des ateliers

a. – Monnaies d'or

b. – Monnaies d'argent

1. – Abandon de l'étalon-or

2. – Causes de cet abandon. L'or s'est-il raréfié en Gaule

3. – Les suites de cet abandon : le cloisonnement entre les cités

c. – Monnaies de bronze

4. – Pendant la guerre contre Rome

a. – Époque de la création des monnaies de bronze.

b. – Régionalisation de la circulation

c. – Généralisation de la circulation

5. – Après la guerre, de 51 à l'ultime fin du monnayage gaulois.

a.– Les monnaies nouvelles.

b. – Le bronze coulé ou potin.

2 – L'argent.

a. – Le faciès des collections monétaires relatives à cette période

b. – Les ultimes émissions de potin au type dit «à la tête diabolique»

c. – La date de la fin du monnayage autonome

(b) La circulation monétaire en gaule

1. Généralités.

A) – La thèse de la preuve de relations commerciales directes.

B) – La thèse de la circulation des monnaies romaines en Gaule avant 50.

Les arguments traditionnels

1. – Cette opinion est conforme à la logique

2. – Cette opinion est attestée par le texte de Cicéron.

3. – Les massacres de négociants romains en Gaule.

4. – La composition des trésors monétaires

5. – Les imitations gauloises des monnaies romaines

2. –Les zones de circulation des monnaies gauloises antérieures à la période 58-50

A) – Les monnaies d'or.

B) – Les monnaies d'argent

1. – La zone orientale de l'étalon du denier.

2. – La zone méridionale relevant de l'étalon de la drachme, puis du denier

3. – Les monnaies au type du cavalier de la vallée du Rhône

4. – Les différentes zones régionales

a. – Les monnaies d'argent dans un système bi-métallique.

1 – Le groupe arverne.

2. – Le groupe du Centre-Ouest

b. – Les monnaies d'argent continuant les statères d'or

1. – Le groupe armoricain.

2. – Le groupe belge

c. – Les monnaies de bronze

1. – En Gallia Comata.

2. – Dans la Provincia

a. – Les monnaies des dynastes méditerranéens.

b – Les monnaies de bronze de Marseille.

3. – La circulation locale postérieure à 58

4.– La circulation secondaire en Gaule

a – Les pièces d'or agrégées à la circulation secondaire

b – Les pièces d'argent agrégées à la circulation secondaire

1.– Les monnaies de la zone orientale du denier.

a – Les monnaies des Aedui.

b – Les monnaies des Singeant

c – Les monnaies des Lingones.

2. – Les monnaies au type dit du cavalier de la vallée du Rhône

3. – Les monnaies émises à diverses époques en diverses régions de la Gaule

a. – En Gallia comata.

b. – En Provincia et en Languedoc-Aquitaine.

4. – Les monnaies étrangères à la Gaule

a – Les monnaies de Marseille.

b – Les monnaies grecques d'argent

c. – Les espèces de bronze formant le tout-venant de la circulation secondaire

1. – Les monnaies gauloises.

a – Monnaies frappées

b – Monnaies coulées.

2 – Les monnaies étrangères

a. – Monnaies romaines

b. – Monnaies grecques

c. –Monnaies puniques.

d.– Les moyens de distinguer la circulation primitive de la circulation secondaire

A – La question.

1. – Homogénéité et disparate au sein des trésors.

2. – «La règle des numismates»

B – Pratique de la sélection

1. – L'étude des lots dominants.

a. – Les trouvailles isolées multiples

b. – Les récoltes sur les sites d'oppidum : exemple de l'oppidum d'Alesia

1 – Monnaies frappées avant 52

a. – Monnaies de la zone du denier.

b. – Monnaies émises pour des peuples de la vallée du Rhône.

c. – Monnaies provenant du reste de la Gaule.

2. –Monnaies perdues après la défaite d'Alésia

c. – L'ensemble des trésors d'une région

2. – Les monnaies errantes communes au plus grand nombre de gisements

a – Les monnaies d'argent

b – Les monnaies de bronze

1. – Monnaies frappées.

2. – Monnaies coulées.

 

III– Conclusion

 

Abréviations employées dans les notes

 

Bibliographie

 

Index

I- Des noms de dieu et de personnage mythologique

II- Des noms de personne

A. - Antiquité

B. - Temps modernes

III- Des anthroponymes compris dans les légendes

IV- Des noms de peuple et qualificatifs ethniques

V- Index géographique

VI- Index des collections privées

 

Table de l'illustration

 

Table des matières

 

 

 

Auteur(s)
Jean-Baptiste COLBERT de BEAULIEU
éléments téléchargeables
En Ligne

Recommandations