En raison de la situation sanitaire, les expéditions s'effectuent une fois par semaine.

Charles Lemaitre. <i>Relation de mon voiage de Flandre, de Hollande de Zélande fait en mil six cent quatre vint et un</i>

Charles Lemaitre. Relation de mon voiage de Flandre, de Hollande de Zélande fait en mil six cent quatre vint et un

Gilbert VAN DE LOUW (éd.)

1978 – ISBN : 978-2-251-60213-4 – 406 pages – format : 16x24 cm

Collection : Annales littéraires

Série : Centre Jacques-Petit

Ex Série : Littérature française

Disponibilité : En stock

10.00 €
OU
Résumé

Le journal de voyage de Charles Lemaitre nous était partiellement connu grâce aux quelques extraits publiés par Fierville dans la Revue de géographie de 1889 ; mais l'intérêt même de ces textes faisait espérer une édition complète, accompagnée d'un commentaire explicatif et d'un appareil critique scientifiquement établi. Ce voeu se réalise aujourd'hui grâce à l'heureuse initiative de M. Gilbert Van de Louw.
La valeur de cet important document tient à la personnalité de son auteur et aux circonstances de sa composition. L'auteur est un prêtre, Charles Lemaître, sur qui l'Histoire générale de Port-Royal et le Nécrologe du X Vlle siècle donnent quelques renseignements biographiques : sa date de naissance et son milieu d'origine nous sont inconnus ; il n'appartenait pas à la célèbre famille des Lemaître, mais il partagea leurs options spirituelles. Docteur de Navarre, il fut parmi les soixante-treize qui, en 1656, votèrent en faveur d'Arnauld sur la « Question de fait », c'est-à-dire sur l'absence des cinq propositions dans l'Augustinus. Au cours de son existence, il accomplit plusieurs voyages, l'un en particulier à Rome en 1664, au plus fort de la « bataille du formulaire ». Son but était-il alors d'obtenir du Saint-Siège une intervention dans le conflit ? Il est permis de le supposer car il fut reçu en audience par le pape Alexandre VII. Il visita plusieurs autres pays d'Europe et vécut le reste du temps à Paris, où , selon le Nécrologe, il mena une vie pieuse, régulière et édifiante ; il ne fut titulaire d'aucune charge pastorale, mais semble cependant avoir joui d'une honnête aisance. Il mourut le 23 décembre 1688 et fut en-terré au pied de la croix du cimetière Saint-Landri.

Sommaire
Auteur(s)
Gilbert VAN DE LOUW (éd.)
éléments téléchargeables
En Ligne